Vos questions sont entre de bonnes mains

EMEND 125 MG, GELULE

Mis à jour le 23/07/2015

Présentation

  • Gelule
  • Laboratoire MSD FRANCE

Prix

  • Prix libre - 5 plaquette(s) thermoformée(s) aluminium de 1 gélule(s)
    • Commercialisé le 01/09/04

Mode d'administration

  • Voie d'administration : Orale
  • AVALER INTACT(E)/TEL(LE) QUEL(LE)
  • NE PAS CROQUER
  • NE PAS ECRASER
  • NE PAS OUVRIR LA GELULE
  • AVALER AVEC UN ALIMENT
  • AVALER SANS ALIMENT

Conservation

  • 48 MOIS
  • A TEMPERATURE AMBIANTE
  • DANS L'EMBALLAGE D'ORIGINE
  • A L'ABRI DE L'HUMIDITE

Sommaire

Composition

Substance(s) active(s)

APREPITANT

Excipients

CELLULOSE HYDROXYPROPYL E463, SODIUM LAURYLSULFATE, SACCHAROSE (NATURE NON PRECISEE), CELLULOSE MICROCRISTALLINE, FER OXYDE JAUNE, FER OXYDE ROUGE, GELATINE (ORIGINE NON PRECISEE), TITANE DIOXYDE E171, FER OXYDE NOIR, POTASSIUM HYDROXYDE, GOMME LAQUE

Conditions de délivrance

Liste I : Médicament sur ordonnance

Liste I.

EMEND 125 MG, GELULE, les autres formes

Indications : EMEND 125 MG, GELULE

  • NAUSEE ET VOMISSEMENT AIGUS INDUITS PAR CHIMIOTHERAPIE

    Prévention des nausées et des vomissements aigus et retardés associés à une chimiothérapie anticancéreuse hautement émétisante comprenant du cisplatine chez l?adulte.

  • NAUSEE ET VOMISSEMENT AIGUS INDUITS PAR CHIMIOTHERAPIE

    Prévention des nausées et des vomissements associés à une chimiothérapie anticancéreuse moyennement émétisante chez l?adulte.

EMEND 125 MG, GELULE : doses et durées

  • Posologie Personne de plus de 18 ans

    • Posologie Personne de plus de 18 ans 1

      125 mg par voie orale une fois par jour une heure avant le début de la chimiothérapie à J1 et de 80 mg par voie orale une fois par jour à J2 et J3.

      - Prévention des nausées et des vomissements associés à une chimiothérapie anticancéreuse émétisante :

      J1 // J2 // J3 // J4

      EMEND : 125 mg par voie orale // 80 mg par voie orale // 80 mg par voie orale // -


      Dexaméthasone : 12 mg par voie orale // 8 mg par voie orale // 8 mg par voie orale // 8 mg par voie orale

      Antagonistes 5-HT3 : Dose standard des antagonistes 5-HT3. Voir le Résumé des Caractéristiques du Produit de l?antagoniste 5-HT3 choisi pour plus d?informations sur la posologie appropriée


      La dexaméthasone doit être administrée 30 minutes avant le début de la chimiothérapie à J1 et le matin de J2 à J4. La dose de dexaméthasone tient compte des interactions entre les substances actives.


      Les données disponibles chez les patients ayant une insuffisance hépatique modérée sont limitées, et aucune donnée chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère n?est disponible. L?aprépitant doit être utilisé avec précaution chez ces patients.

      Population pédiatrique
      La sécurité et l?efficacité chez les enfants et adolescents en dessous de 18 ans n?ont pas encore été établies. Aucune donnée n?est disponible.


    • Posologie Personne de plus de 18 ans 2

      - Schéma thérapeutique dans le cadre d?une chimiothérapie moyennement émétisante

      J1 // J2 // J3

      EMEND : 125 mg par voie orale // 80 mg par voie orale // 80 mg par voie orale

      Dexaméthasone : 12 mg par voie orale // - // -

      Antagonistes 5-HT3 : Dose standard des antagonistes 5-HT3. Voir le Résumé des Caractéristiques du Produit de l?antagoniste 5-HT3 choisi pour plus d?informations sur la posologie appropriée


      La dexaméthasone doit être administrée 30 minutes avant le début de la chimiothérapie à J1. La dose de dexaméthasone tient compte des interactions entre les substances actives.


      Les données disponibles chez les patients ayant une insuffisance hépatique modérée sont limitées, et aucune donnée chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère n?est disponible. L?aprépitant doit être utilisé avec précaution chez ces patients.

      Population pédiatrique
      La sécurité et l?efficacité chez les enfants et adolescents en dessous de 18 ans n?ont pas encore été établies. Aucune donnée n?est disponible.

EMEND 125 MG, GELULE : mises en garde

Contre-indications : EMEND 125MG GELULE

Terrain Nature et commentaire terrain Commentaire complémentaire Niveau de contre-indication , Gelule
PORPHYRIE HEPATIQUE -
  • - INFO DU CENTRE FRANCAIS DES PORPHYRIES
  • - SITE WEB HTTP://www.porphyrie.net
CONTRE-INDICATION ABSOLUE
HYPERSENSIBILITE A L'UN DES CONSTITUANTS HYPERSENSIBILITE A L'UN DES CONSTITUANTS - CONTRE-INDICATION ABSOLUE
HYPERSENSIBILITE APREPITANT HYPERSENSIBILITE APREPITANT - CONTRE-INDICATION ABSOLUE
HYPERSENSIBILITE - - CONTRE-INDICATION ABSOLUE

EMEND 125MG GELULE : précautions d'emploi

Terrain Nature et commentaire terrain Commentaire complémentaire Niveau de contre-indication EMEND 125 MG, GELULE, Gelule
CLAIRANCE CREATININE < 90 ML/MIN/1.73 M2 -
  • - SI DOSE POTASSIUM > 1 MMOL
  • - TENIR COMPTE PRESENCE POTASSIUM
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
PRESENCE EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE POTASSIUM
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
REGIME PAUVRE EN POTASSIUM -
  • - SI DOSE POTASSIUM > 1 MMOL
  • - TENIR COMPTE PRESENCE POTASSIUM
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
MODE D'ADMINISTRATION PARTICULIER VOIE INTRAVEINEUSE
  • - SI DOSE POTASSIUM > 30 MMOL/L
  • - TENIR COMPTE PRESENCE POTASSIUM
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
UTILISER UNE CONTRACEPTION MECANIQUE - - MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
INSUFFISANCE HEPATIQUE MODEREE MALADIE - - MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
INSUFFISANCE HEPATIQUE SEVERE MALADIE - - MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
PRESENCE EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
DIABETE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - SI DOSE SACCHAROSE > ou = 5G
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
SYNDROME DE MALABSORPTION SYNDROME MALABSORPTION GLUCOSE/GALACTOSE
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
UTILISATION DECONSEILLEE
INTOLERANCE GENETIQUE AU FRUCTOSE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
UTILISATION DECONSEILLEE
DEFICIT EN SUCRASE-ISOMALTASE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
UTILISATION DECONSEILLEE
REGIME HYPOGLUCIDIQUE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
TYPE PARTICULIER DE TRAITEMENT TRAITEMENT PROLONGE
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SACCHAROSE
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
PRESENCE EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SODIUM
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI
REGIME HYPOSODE STRICT -
  • - TENIR COMPTE PRESENCE SODIUM
  • - SI DOSE SODIUM > 1 MMOL
  • - EXCIPIENT A EFFET NOTOIRE :JO 12/05/2010
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D'EMPLOI

Précautions particulières : EMEND 125 MG, GELULE

Grossesse

DECONSEILLE

Allaitement

DECONSEILLE

Conduite

Voir les mises en garde

Enfant

RISQUE DE FAUSSE ROUTE

EMEND 125 MG, GELULE : interactions médicamenteuses

L'aprépitant (125 mg/80 mg) est un substrat, un inhibiteur modéré et un inducteur du CYP3A4. L'aprépitant est également un inducteur du CYP2C9. Pendant le traitement par ce médicament, le CYP3A4 est inhibé. Après la fin du traitement, ce médicament entraîne une induction légère du CYP3A4 et de la glucuronidation. L'aprépitant ne semble pas interagir avec le transporteur de la glycoprotéine P comme le démontre l'absence d'interaction entre l'aprépitant et la digoxine.


* Effet de l'aprépitant sur la pharmacocinétique d'autres substances actives

- Inhibition du CYP3A4

En tant qu'inhibiteur modéré du CYP3A4, l'aprépitant (125 mg/80 mg) peut entraîner une élévation des concentrations plasmatiques des substances actives administrées de façon concomitante par voie orale et qui sont métabolisées par le CYP3A4. L'exposition totale de substrats du CYP3A4 administrés par voie orale peut augmenter jusqu'à 3 fois environ au cours du traitement de 3 jours par ce médicament; l'effet attendu de l'aprépitant sur les concentrations plasmatiques des substrats du CYP3A4 administrés par voie intraveineuse est moindre. Ce médicament ne doit pas être administré de façon concomitante avec le pimozide, la terfénadine, l'astémizole ou le cisapride (voir rubrique "Contre-indications"). L'inhibition du CYP3A4 par l'aprépitant peut entraîner une élévation des concentrations plasmatiques de ces médicaments, susceptible de provoquer des réactions graves ou de mettre en jeu le pronostic vital. La prudence s'impose lors de la co-administration de ce médicament et de substances actives administrées par voie orale, métabolisées prinicipalement par le CYP3A4 et ayant une marge thérapeutique étroite, telles que la ciclosporine, le tacrolimus, le sirolimus, l'évérolimus, l'alfentanil, la diergotamine, l'ergotamine, le fentanyl et la quinidine (voir rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

Corticostéroïdes :

- Dexaméthasone : la dose orale habituelle de dexaméthasone doit être réduite d'environ 50 % en cas de co-administration avec ce médicament selon le schéma posologique de 125 mg/80 mg. La dose de dexaméthasone au cours des essais cliniques portant sur les nausées et vomissements induits par une chimiothérapie a été choisie en tenant compte des interactions entre les substances actives (voir rubrique "Posologie et mode d'administration").
L'administration d'un schéma posologique de 125 mg d'aprépitant en association à une dose orale de 20 mg de dexaméthasone à J1, suivie de l'administration d'une dose de 80 mg/jour de ce médicament en association à une dose orale de 8 mg de dexaméthasone de J2 à J5, a entraîné une élévation de l'ASC de la dexaméthasone, un substrat du CYP3A4, de 2,2 fois à J1 et J5.

- Méthylprednisolone : la dose habituelle de méthylprednisolone administrée par voie intraveineuse doit être réduite d'environ 25 %, et la dose orale habituelle de méthylprednisolone doit être réduite d'environ 50 % en cas de co-administration avec ce médicament selon le schéma posologique de 125 mg/80 mg. L'administration de ce médicament selon le schéma posologique de 125 mg à J1 suivi de 80 mg/jour à J2 et J3, a augmenté l'ASC de la méthylprednisolone, substrat du CYP3A4, de 1,3 fois à J1 et de 2,5 fois à J3, lors de la co-administration de 125 mg de méthylprednisolone par voie intraveineuse à J1 et de 40 mg de méthylprednisolone par voie orale à J2 et J3.

Au cours d'un traitement continu avec la méthylprednisolone, l'ASC de la méthylprednisolone peut diminuer au plus tard dans les 2 semaines qui suivent l'initiation du traitement par ce médicament, à cause de l'effet inducteur de l'aprépitant sur le CYP3A4. On peut s'attendre à ce que cet effet soit plus prononcé avec la méthylprednisolone administrée par voie orale.

- Agents chimiothérapeutiques

Lors d'études de pharmacocinétique, l'administration de ce médicament la posologie de 125 mg à J1 suivie de 80 mg/jour à J2 et J3 n'a pas modifié la pharmacocinétique du docétaxel administré par voie intraveineuse à J1 ou de la vinorelbine administrée par voie intraveineuse à J1 ou J8. L'effet de ce médicament sur la pharmacocinétique des substrats du CYP3A4 administrés par voie orale est supérieur à celui sur la pharmacocinétique des substrats du CYP3A4 administrés par voie intraveineuse, par conséquent une interaction avec les agents chimiothérapeutiques administrés par voie orale et métabolisés principalement ou en partie par le CYP3A4 (par exemple, l'étoposide, la vinorelbine) ne peut être exclue. La prudence est recommandée et une surveillance supplémentaire peut être appropriée chez les patients recevant ce type de médicament par voie orale (voir rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

- Immunosuppresseurs
Une augmentation transitoire modérée, suivie d'une légère diminution de l'exposition aux immunosuppresseurs métabolisés par le CYP3A4 (tels que la ciclosporine, le tacrolimus, l'évérolimus et le sirolimus) est attendue au cours des 3 jours de traitement administré pour la prévention des nausées et des vomissements associés à une chimiothérapie. La durée de traitement de 3 jours étant courte, les variations de l'exposition limitées et fonction du temps, aucune réduction de la dose des immunosuppresseurs n'est recommandée pendant ces 3 jours d'administration concomitante avec ce médicament.

- Midazolam
Les effets potentiels des concentrations plasmatiques accrues du midazolam ou d'autres benzodiazépines métabolisées par le CYP3A4 (alprazolam, triazolam) doivent être envisagés en cas de co-administration de ces médicaments et de ce médicament (125 mg/80 mg).

Ce médicament a augmenté l'ASC du midazolam, substrat sensible du CYP3A4, de 2,3 fois à J1 et de 3,3 fois à J5, lorsqu'une dose orale unique de 2 mg de midazolam a été associée à J1 et à J5 au schéma posologique de 125 mg de ce médicament à J1 suivi de 80 mg/jour de J2 à J5.

Dans une autre étude avec administration intraveineuse de midazolam, ce médicament a été administré à la posologie de 125 mg à J1 suivis de 80 mg/jour à J2 et J3, et 2 mg de midazolam ont été administrés par voie intraveineuse avant l'administration de ce médicament selon le schéma posologique de 3 jours ainsi qu'à J4, J8 et J15. Ce médicament a augmenté l'ASC du midazolam de 25 % à J4 et a diminué l'ASC du midazolam de 19 % à J8 et de 4 % à J15. Ces effets n'ont pas été considérés comme cliniquement importants.

Dans une troisième étude avec administration intraveineuse et orale de midazolam, ce médicament a été administré à la posologie de 125 mg à J1 suivis de 80 mg/j à J2 et J3, associé à 32 mg d'ondansétron à J1, à 12 mg de dexaméthasone à J1 et 8 mg de dexaméthasone de J2 à J4. Cette association (c'est-à- ce médicament, ondansétron et dexaméthasone) a diminué l'ASC du midazolam administré par voie orale de 16 % à J6, 9 % à J8, 7 % à J15 et 17 % à J22. Ces effets n'ont pas été considérés comme cliniquement importants.

Une étude supplémentaire a été réalisée avec administration intraveineuse de midazolam et de ce médicament. Deux mg de midazolam ont été administrés par voie intraveineuse 1 heure après une dose unique de ce médicament 125 mg par voie orale. L'ASC plasmatique du midazolam a été augmentée de 1,5 fois. Cet effet n'a pas été considéré comme cliniquement important.

- Induction
En tant qu'inducteur léger du CYP2C9, du CYP3A4 et de la glucuronidation, l'aprépitant peut diminuer les concentrations plasmatiques des substrats éliminés par ces voies au cours des deux semaines suivant la mise en route du traitement. Cet effet peut n'apparaître qu'après la fin du traitement de 3 jours par ce médicament. Pour les substrats du CYP2C9 et du CYP3A4, l'induction est transitoire avec un effet maximum atteint 3 à 5 jours après la fin du traitement de 3 jours par ce médicament. L'effet persiste pendant quelques jours, diminue ensuite lentement et est cliniquement non significatif deux semaines après la fin du traitement par ce médicament. Une induction légère de la glucuronidation est également constatée avec 80 mg d'aprépitant administrés par voie orale pendant 7 jours. Il n'y a pas de données concernant les effets sur le CYP2C8 et le CYP2C19. La prudence s'impose lors de l'administration, pendant cette période, de warfarine, d'acénocoumarol, de tolbutamide, de phénytoïne ou d'autres substances actives connues pour être métabolisées par le CYP2C9.

- Warfarine
Chez les patients sous traitement chronique par la warfarine, le temps de Quick (INR) doit être surveillé étroitement au cours du traitement par ce médicament et au cours des 2 semaines suivant chaque cure de 3 jours de ce médicament pour la prévention des nausées et vomissements induits par une chimiothérapie (voir rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). Lors de l'administration d'une prise unique de 125 mg de ce médicament à J1, suivie de celle de 80 mg/jour à J2 et J3, à des sujets sains stabilisés traités au long cours par la warfarine, il n'y a pas eu d'effet de ce médicament sur l'ASC plasmatique de la R(+) ou de la S(-) warfarine à J3 ; cependant, il y a eu une réduction de 34 % de la concentration résiduelle de la S(-) warfarine (un substrat du CYP2C9), accompagnée d'une diminution de 14 % de l'INR, 5 jours après la fin du traitement par ce médicament.

- Tolbutamide
Ce médicament, administré à la dose de 125 mg à J1 et de 80 mg/jour à J2 et J3, a abaissé l'ASC du tolbutamide (un substrat du CYP2C9) de 23 % à J4, de 28 % à J8 et de 15 % à J15, lors de l'administration d'une prise orale unique de 500 mg de tolbutamide avant l'administration de ce médicament selon le schéma posologique de 3 jours à J4, J8 et J15.

- Contraceptifs hormonaux
L'efficacité des contraceptifs hormonaux peut être réduite pendant l'administration de ce médicament et au cours des 28 jours qui la suivent. Des méthodes contraceptives alternatives ou complémentaires doivent être utilisées au cours du traitement par ce médicament et pendant les 2 mois qui suivent la dernière prise de ce médicament.

Dans une étude clinique, une prise unique d'un contraceptif oral contenant de l'éthinylestradiol et de la noréthindrone a été administrée de J1 à J21 avec ce médicament pris selon le schéma posologique de 125 mg à J8 puis 80 mg/jour à J9 et J10, associé à 32 mg d'ondansétron par voie intraveineuse à J8 et à la dexaméthasone par voie orale à la posologie de 12 mg à J8 et 8 mg/jour à J9, J10 et J11. Dans cette étude, de J9 à J21, il y eu une diminution allant jusqu'à 64 % des concentrations résiduelles d'éthinylestradiol et une diminution allant jusqu'à 60 % des concentrations résiduelles de noréthindrone.

- Antagonistes 5-HT3
Au cours des études cliniques d'interaction, l'aprépitant n'a pas eu d'effet cliniquement important sur la pharmacocinétique de l'ondansétron, du granisétron ou de l'hydrodolasétron (le métabolite actif du dolasétron).


* Effet d'autres médicaments sur la pharmacocinétique de l'aprépitant

La co-administration de ce médicament et de substances actives inhibant l'activité du CYP3A4 (telles que le kétoconazole, l'itraconazole, le voriconazole, le posaconazole, la clarithromycine, la télithromycine, la néfazodone et les inhibiteurs de protéase) doit être envisagée avec précaution ; une augmentation des concentrations plasmatiques d'aprépitant est attendue avec cette association (voir rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi").

La co-administration de ce médicament et de substances actives induisant fortement l'activité du CYP3A4 (telles que la rifampicine, la phénytoïne, la carbamazépine, le phénobarbital) doit être évitée, une telle association entraînant une diminution des concentrations plasmatiques d'aprépitant et donc une diminution de l'efficacité de ce médicament. La co-administration ce médicament et de préparations à base de plantes contenant du millepertuis (Hypericum perforatum) n'est pas recommandée.

- Kétoconazole
Lorsqu'une prise unique de 125 mg d'aprépitant a été administrée à J5 d'un schéma posologique de 10 jours de 400 mg/jour de kétoconazole, un puissant inhibiteur du CYP3A4, l'ASC de l'aprépitant a augmenté d'environ 5 fois et la demi-vie terminale moyenne de l'aprépitant a augmenté d'environ 3 fois.

- Rifampicine
Lorsqu'une prise unique de 375 mg d'aprépitant a été administrée à J9 d'un schéma posologique de 14 jours de 600 mg/jour de rifampicine, un puissant inducteur du CYP3A4, l'ASC de l'aprépitant a diminué de 91 % et la demi-vie terminale moyenne a diminué de 68 %.

EMEND 125 MG, GELULE : effets indésirables

TROUBLES AFFECTANT PLUSIEURS ORGANES :

  • ACNE
  • ACOUPHENE / BOURDONNEMENT D'OREILLE
  • ACUITE VISUELLE MODIFICATION
  • AMAIGRISSEMENT
  • ANAPHYLAXIE
  • ANOREXIE
  • ANXIETE
  • APPETIT PERTE
  • ASTHENIE
  • ATTEINTE CARDIOVASCULAIRE
  • BOUFFEE VASOMOTRICE
  • BRADYCARDIE
  • CANDIDOSE
  • CEPHALEE
  • COLITE
  • CONJONCTIVITE
  • CONSTIPATION
  • CRAMPE MUSCULAIRE
  • DESORIENTATION SPATIO-TEMPORELLE
  • DIARRHEE
  • DISTENSION ABDOMINALE
  • DOULEUR / OPPRESSION THORACIQUE
  • DOULEUR ABDOMINALE
  • DOULEUR OROPHARYNGEE
  • DYSARTHRIE / PAROLE DIFFICULTE
  • DYSGUEUSIE
  • DYSPEPSIE
  • DYSPNEE
  • DYSURIE
  • EPIGASTRALGIE
  • ERUCTATION
  • ERUPTION CUTANEE
  • ETERNUEMENTS
  • EUPHORIE
  • FAIBLESSE MUSCULAIRE
  • FIEVRE
  • FLATULENCE / METEORISME
  • FRISSON
  • GORGE IRRITATION
  • HOQUET
  • HYPERSUDATION
  • HYPOESTHESIE
  • INFECTION BACTERIENNE
  • INSOMNIE
  • LETHARGIE
  • LYELL SYNDROME
  • MALAISE / LIPOTHYMIE
  • MARCHE TROUBLE
  • MICTION TROUBLE
  • MYALGIE
  • MYOSIS
  • NAUSEE VOMISSEMENT
  • OCCLUSION INTESTINALE
  • OEDEME
  • OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
  • PALPITATIONS
  • PERFORATION DIGESTIVE
  • PHARYNGITE
  • PHOTOSENSIBILISATION MEDICAMENTEUSE
  • POLLAKIURIE
  • POLYDIPSIE
  • POLYURIE
  • PRISE PONDERALE
  • PRURIT
  • REACTION ALLERGIQUE
  • REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN
  • REGURGITATION
  • RESPIRATION TROUBLE
  • RHINORRHEE
  • SEBORRHEE
  • SECHERESSE BUCCALE
  • SELLES DURES
  • SOMNOLENCE
  • SPASME MUSCULAIRE
  • STEVENS JOHNSON SYNDROME
  • STOMATITE
  • TOUX
  • TROUBLE COGNITIF
  • TROUBLE ONIRIQUE
  • ULCERATION DUODENALE
  • URTICAIRE
  • VERTIGE / ETOURDISSEMENT

Ça vous a intéressé ? Partagez !

Envoyer
 

Trouver un médicament

Ce critère permet de chercher votre médicament par :
  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).
Recherche avancée

Retrouver ComprendreChoisir sur :

EMEND : la fiche complète

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.